Présentation du Prix du Livre C.E.38 - édition 2017

 

 

AffichePrixCe382017

 

 

 

 

Le Prix du Livre CE 38 a été créé par l’association inter-CE Alices (organisme de loisirs pour les comités d’entreprise), dans le but de faire connaître de nouveaux auteurs et de promouvoir la lecture dans les entreprises. Chaque année un comité de lecture composé de professionnels du livre et d’élus de comités d’Entreprise sélectionne 10 ouvrages de langue française parus récemment dans de petites maisons d’éditon. Cette opération originale est également relayée par les bibliothèques qui s’associent à cette action en s’inscrivant en tant que collecvités afin de permettre à leurs lecteurs de parciper. La bibliothèque de Tencin y parcipe cette année encore.

 

Modalités d’inscription et de participation :

Vous pouvez vous inscrire pour parciper à ce prix auprès de la bibliothèque, nous vous fournissons un bulletin pour noter les livres lus.
Vous empruntez et lisez les ouvrages de la sélection. Il est préférable de lire la sélection complète mais en cas d’impossibilité, pour participer, vous pouvez lire au minimum 6 livres.


Pour tout renseignement complémentaire n’hésitez pas à nous contacter soit par mail soit lors de votre venue à la bibliothèque .

 

Présentation de la sélection :

 

 Sandrine Collette - Il reste la poussière. Il reste la poussière  Sandrine Collette  Denoël 
    Argentine, plateaux de la Patagonie. Une steppe infinie, balayée par des vents glacés. C'est là que Rafael, dix ans, grandit dans une famille haineuse. Sa mère s'est endurcie autour d'un secret qu'elle a su garder mais qui l'a dévorée de l'intérieur : une nuit, elle a tué leur ivrogne de père et a coulé son cadavre dans les marais. Depuis, elle fait croire que son mari les a abandonnés, et mène son maigre élevage de moutons et de boeufs d'une main inflexible, écrasant ses quatre garçons de sa dureté et de son indifférence.
Mais depuis, aussi, les aînés détestent leur plus jeune frère, né après la disparition du père, et en ont fait la cible de leurs jeux brutaux. Alors Rafael, seul au monde, ne vit que pour son cheval et son chien. Voilà longtemps qu'il a compris combien il était inutile de quémander ailleurs un geste d'affection. Dans ce monde qui meurt, car les petits élevages sont peu à peu remplacés par d'immenses domaines, la révolte est impossible.
Et pourtant, un jour, le jour le plus sauvage et le plus douloureux de la vie de Rafael, quelque chose va changer. Le jeune garçon parviendra-t-il à faire sauter l'étau de terreur et de violence qui le condamne à cette famille ?

 

 

 Julien Delmaire - Frère des astres. Frère des astres  Julien Delmaire  Grasset 
    Frère des astres est une variation libre autour de la vie de Saint Benoît-Joseph Labre, le vagabond mystique, né au milieu du XVIIIe siècle en Picardie. Benoît Labre, surnommé «le pouilleux de Dieu» ou «l’hirondelle de grand chemin», a inspiré de nombreux poètes : Paul Verlaine, Germain Nouveau, André Breton ou encore Jean Cocteau. Nous suivons les aventures de Benoît, un héros atypique, un drôle de randonneur qui contemple les étoiles et adresse ses louanges à la Création.
Du Bassin Minier jusqu’aux rivages de la Méditerranée, Benoît traverse une France en crise avec pour seuls bagages un sac à dos et un émerveillement de chaque instant. Figure de clochard céleste, digne d’un roman de Kerouac, Benoît va à la rencontre de son destin avec une douceur et une naïveté confondantes.

 

 Xavier Deville - Melville Street. Melville Street  Xavier Deville  Sulliver 
    Là-bas, aux antipodes, certaines personnes handicapées habitent en colocation de quatre ou cinq des maisons dispersées en ville, où des assistants se relaient pour les aider à appréhender la vie quotidienne. A Dunedin, Nouvelle-Zélande, nous partageons avec le narrateur - un Français - les jours et les nuits de Melville Street et de ses habitants : Tommy-dans-son-fauteuil et Tommy-debout, Chesley, Jon, Carolyn.
Au rythme des rites journaliers et des péripéties déconcertantes, aux frontières de " normalité " et d'" anormalité ", des vies se croisent, se chevauchent ou se heurtent, et tentent de s'accommoder de l'hypocrisie persistante de la société. Un humour tendre, ou plus corrosif, imprègne ce peu commun journal de bord de son parfum doux-amer. Et le cheminement du narrateur, qui découvre la complexité - et parfois la violence - de ses propres réactions, nous aide à décrypter le regard que nous portons sur la différence.

 

 Corinne Faure - Marabunta ("N'oublie pas que tu vas mourir").

Marabunta

("N'oublie pas que tu vas mourir") 

Corinne Faure  Guinet éditions 
    Derrière les portes familiales refermées se jouent à huit-clos les drames les plus sombres. Dans un monde barbare, l’extérieur n’est guère plus rassurant. Certaines plaies ne cicatrisent jamais, creusant le nid d’une invisible folie. Paris. Des cadavres éventrés dans des poubelles. Un SDF accro à Nietzsche, une armée d’ombres dans les yeux. Le commissaire Marsac, flic à la dérive, se trouve entraîné dans les tréfonds de l’âme humaine.
Les fantômes du passé resurgissent et réclament le prix du sang. Tu ne tueras point. Mais si. Il le faut. Marabunta est le premier opus d’une série mettant en scène le charismatique commissaire Marsac « humain, trop humain ». Brut, authentique, et tendre, ce roman nous imprègne de ses personnages éraflés par la vie, au cœur d’une enquête sordide mêlée d’émotions. Leur histoire nous poursuit et nous hante encore au-delà des pages.

 

 Cécile Huguenin - La saison des mangues. La saison des mangues  Cécile Huguenin  Héloïse d'Ormesson 
    Trois femmes, trois générations, trois pays, trois destins. Inde coloniale. Radhika est mariée par son père à un Major anglais, qui se révèle odieux. La naissance de leur fille, Anita, ne fait qu'exacerber sa tyrannie. Angleterre. Élevée dans la stricte tradition britannique, la petite fille s'épanouit néanmoins dans le cocon qu'elle et sa mère se sont construit. Après la décolonisation, Radhika, opprimée par son mari et nostalgique de son Inde natale, l'empoisonne et repart avec sa fille au pays.
Dans l'avion, elles rencontrent François, un français passionné par l'Inde. Anita tombe immédiatement amoureuse de cet homme qu'elle épousera. De leur union naît Mira, au doux visage couleur de mangue. En France, Mira, "la quarteronne", grandit écartelée entre toutes ses cultures et se sent étrangère dans son propre pays. C'est en Afrique qu'elle parvient enfin à trouver sa place. Elle aidera Laurent, jeune français en mission humanitaire, à combattre les préjugés, et à accepter l'autre.
Mais le chemin est sinueux et l'apprentissage dangereux. Personne n'en sortira indemne...   La Saison des mangues est un voyage à travers les cultures, un hymne à la tolérance et au partage. Avec sa plume sensible et juste, Cécile Huguenin nous entraîne dans un univers magique où la vie n'est pas exempte de douleurs, mais sonne avant tout comme un espoir.

 

 Pascal Manoukian - Les échoués. Les échoués  Pascal Manoukian  Don Quichotte 
    "Virgil ne sentait plus ses jambes. Elles étaient restées trop longtemps croisées l'une sous l'autre, tels la faucille et le marteau des drapeaux rouges de son enfance. Il n'osait pas bouger. Le chien, un bâtard gris aux crocs jaunes, rôdait toujours. Prudemment, il tendit la main et chercha la portée de mulots. La chaleur de leurs poils gris le réconforta. L'un des petits lui téta le bout du doigt.
Il en compta six, plus la mère. Le père était absent - comme lui. Avant, en Moldavie, il adorait les chiens et détestait les mulots. Mais depuis son arrivée en France, beaucoup de choses s'étaient inversées. Ici, il construisait des maisons et habitait dehors. Se cassait le dos pour nourrir ses enfants sans pouvoir les serrer contre lui et se privait de médicaments pour offrir des parfums à une femme dont il avait oublié jusqu'à l'odeur.
Il ferma les yeux un instant et imagina la grande marmite de bordj cuire à feu doux dans la cuisine du petit village de Corjeuti. Derrière les vitres embuées, la tonnelle ombrageait un minuscule bout de jardin. La vision lui emplit le coeur, mais pas le ventre. Cela faisait deux mois maintenant qu'il vivait tapi dans un trou. Une tombe d'un mètre quatre-vingt-dix sur un mètre de large et un mètre de profondeur, creusée à la main au beau milieu de la forêt, et recouverte d'un toit de branches et de feuilles.
Le jour, il y enfouissait ses affaires. La nuit tombée, il s'y enterrait vivant. Personne ne viendrait le chercher là, étouffé dans les broussailles, entre un tronc d'arbre couché par la dernière tempête et un entrelacs de branches mortes."

 

 Valérie Perrin - Les oubliés du dimanche. Les oubliés du dimanche  Valérie Perrin  Albin Michel 
    Justine, vingt et un ans, aime les personnes âgées comme d'autres les contes. Hélène, presque cinq fois son âge, a toujours rêvé d'apprendre à lire. Ces deux femmes se parlent, s'écoutent, se révèlent l'une à l'autre jusqu'au jour où un mystérieux «corbeau» sème le trouble dans la maison de retraite qui abrite leurs confidences et dévoile un terrible secret. Parce qu'on ne sait jamais rien de ceux que l'on connaît.
A la fois drôle et mélancolique, Les Oubliés du dimanche est un roman d'amours passées, présentes, inavouées... éblouissantes.

 

 Catherine Poulain - Le grand marin. Le grand marin  Catherine Poulain  Editions de l'Olivier 
    Quand Lili Colt arrive à Kodiak, un port de l'Alaska, elle sait qu'elle va enfin réaliser son rêve : s'embarquer sur un de ces bateaux qui partent pêcher au loin. Pour la jeune femme, une runaway qui a fui jadis le confort d'une famille française pour " faire la route ", la véritable aventure commence. Le choc est brutal. Il lui faut dormir à même le pont dans le froid insupportable, l'humidité permanente et le sel qui ronge la peau, la fatigue, les blessures...Seule femme au milieu de ces hommes rudes, au verbe rare et au geste précis qui finiront par l'adopter.
A terre, Lili partage la vie des marins -les bars, les clubs de strip-tease, les motels miteux. Quand elle tombe amoureuse du " Grand marin ", elle sait qu'il lui faudra choisir entre sa propre liberté et son attirance pour cet homme dont la fragilité la bouleverse. Entre Jack London et Marguerite Duras, Catherine Poulain fait entendre une voix unique dans le paysage littéraire français, avec ce magnifique premier roman qu'on devine très autobiographique.

 

 Robert Seethaler - Une vie entière. Une vie entière  Robert Seethaler  Wespieser 
    Héros du Tabac Tresniek, le jeune Franz Huchel débarquait de ses montagnes et venait apprendre la vie dans la Vienne des années trente. Andreas Egger, le personnage principal du nouveau roman de Robert Seethaler, effectue le parcours inverse : c'est de la ville qu'il est amené, enfant, dans ces montagnes où il va passer "une vie entière". Aucun adulte bienveillant pour lui expliquer le monde. Il est recueilli par une brute qui l'estropie, et se constitue seul son éthique personnelle.
Quand il se soustrait enfin à la tyrannie de son patron, ce n'est pas pour travailler comme lui la terre, les yeux baissés : "Un homme doit vivre la tête haute", déclare-t-il à Marie, la jeune fille dont il est amoureux. Aussi prend-il part à l'aventure des téléphériques, qui vont ouvrir sa vallée à la modernité, avant d'être envoyé en 1942 sur le front de l'Est, dans les montagnes du Caucase. A son retour, "les géraniums ont remplacé les croix gammées aux fenêtres du village" et les étables vidées de leurs bêtes abritent les skis des touristes...

 

 Alexandre Seurat - La maladroite. La maladroite  Alexandre Seurat Rouergue
    Inspiré par un fait divers récent, le meurtre d'une enfant de huit ans par ses parents, La maladroite recompose par la fiction les monologues des témoins impuissants de son martyre, membres de la famille, enseignants, médecins, services sociaux, gendarmes… Un premier roman d'une lecture bouleversante, interrogeant les responsabilités de chacun dans ces tragédies de la maltraitance.

 

 

Accueil Animations Evénements Présentation du Prix du Livre C.E.38 - édition 2017